Découvrez notre offre cadeau d'entreprise clé en main pour les professionnels. En savoir plus

NOUVEAU! Offrez une carte cadeau

Le blog à Bonbecs

Infolettre sucrée

Catégories

La réglisse, un bonbon classique… et une plante aux nombreuses vertus

La réglisse

Certains bonbons sont des caméléons des confiseries : ils sont offerts à tout le monde, et tout le monde les aime, inconditionnellement.

Cependant, il y a aussi ces bonbons qui « tranchent » les gourmands en deux. Ceux qu’on aime ou qu’on déteste. La réglisse semble faire partie de ceux-là.

Les merveilles de la plante réglisse

En recherchant « réglisse », vous serez peut-être surpris de voir de nombreux articles sur les propriétés médicinales de la plante du même nom! Et cette réglisse qui pousse surtout dans les sols méditerranéens semble accumuler les bienfaits pour l’estomac : ulcères, digestion, gastrites et syndromes prémensuels, tout y passe! Est-ce pour ça que notre ventre semble réclamer l’ouverture du prochain box à bonbons à la réglisse?

Après tout, la réglisse a une longue, longue histoire. Des millénaires avant qu’Haribo ne commercialise de la réglisse noire en bonbons spirales, la réglisse était utilisée avec de la cannelle et de l’anis pour lutter contre la peste. Ou on la mélangeait à du miel pour soigner la toux, l’asthme et les ulcères. En Europe, nos ancêtres médiévaux obtenait cette racine douce et en usait dans des remèdes pour la gorge et l’estomac.

Et nous, de nos jours, qu’est-ce que nous en faisons? Des bonbons, pardi!

Réglisse noire contemporaine

Notons tout de même que les bonbons à la réglisse que nous mangeons avec tant d’appétit ne sont pas que des concentrés de sucre et d’anis! Comme les réglisses modernes sont toujours faits avec des extraits de plante de réglisse, plusieurs des bienfaits médicaux cités plus haut sont encore valides – et les recherches suggèrent que certaines substances dans la réglisse auraient des propriétés anti cancérigènes!

On espère que ça vous aidera à déguster vos réglisses avec plus de plaisir! Ne voyez toutefois là pas une prescription médicale : chaque bienfait a ses inconvénients, ainsi modération a bien meilleur goût!

Le nougat espagnol : découvrez le touron!

Le touron

Quelles sont les spécialités de l’Espagne, nous demanderez-vous? Rapidement, nous pouvons nommer les plus connues – la paella, le cava, les churros…

Et les tourons. Qui ne reçoivent pas autant d’attention que les churros – en tout cas, nous n’avons pas encore vu de stands spécialisés en vente de churros sur le bord d’une plage française! Toutefois, cela est peut-être dû au fait que le touron, comme nos sucres d’orges et nos pâtes à fruits, ont une période « assignée » : c’est surtout dans le temps de l’hiver et des fêtes de Noël et de fin d’année que le touron fait son apparition, au grand bonheur de tous.

Heureusement pour la curiosité de nos clients, par amour de science, d’aventure, de découvertes nous faisons toutes les recherches nécessaires pour vous renseigner! Si cela signifie que nous devons parfois nous sacrifier et goûter des bonbons étrangers que vous pourriez peut-être aimer, ce n’est qu’un signe de notre grand dévouement.

Évidemment!

Le « nougat ibérique »

Les amateurs de nougats devraient à tout prix rencontrer cette variante espagnole. Le touron est une confiserie à base de miel, de sucre, de blanc d’œufs et d’amandes (entières ou concassées). Un coup d’œil au produit fini – souvent roulé en forme de « tube » ou aplatie en forme de tablette rectangulaire – permet tout de suite de faire la comparaison avec le nougat tel qu’on le connait. Avec sa pâte lisse et riche et son intérieur débordant d’amandes, cette friandise est un délice dont on ne veut plus se passer! Alors le temps de Noël venu, mieux vaut faire ses provisions – ou espérer recevoir beaucoup de tourons en cadeau, emballés séparément ou dans un joli box à bonbons!

Selon les statistiques, l’année 2003 a vu un total de vente de tourons dépassant 27,000 tonnes en Espagne – soit 560 grammes de touron par habitant. Et ce chiffre nous parait délicieusement bon – à quand nos tonnes de tourons?
Et en France?

En France, il y a le touron praliné au miel, qui a un aspect un peu plus huileux et qui fond onctueusement dans la bouche. C’est une spécialité du Roussillon : ils utilisent le touron espagnol croquant aux amandes et le réduise en pâte fine pour le cuire de nouveau et former ainsi une nouvelle confiserie, typique cette fois de leur région. À s’en lécher les doigts!

Friandise intemporelle : lumière sur le nougat

Le nougat

Une friandise typique de Méditerranée

Avec les premières mentions du nougat et des recettes dans les livres arabes du 10e siècle, on comprend que le nougat est un délice qui remonte à loin! Nostradamus lui-même proposait une recette dans un de ses livres à propos de confiture.

Blanc d’œuf, miel, amandes. La proposition est simple, mais elle fait magnifiquement son chemin autour du bassin méditerranéen. Aujourd’hui, les nougats peuvent inclure d’autres ingrédients – fruits secs et arômes sont des ajouts communs à ces friandises qu’on ne peut s’empêcher d’aimer. Mais retournons à notre petit tour géographique.

En arabe, portugais, espagnol, italien et français, chaque pays encerclant le bassin méditerranéen semble avoir son propre nom pour le nougat. Chaque pays connait aussi une entrée différente de cette friandise en son pays. En France, l’arrivée du nougat passe par la Provence. Il hérite des friandises arabes, italiennes et catalanes et, comme ces dernières, devient très étroitement associés aux desserts de Noël.

Nougat de Montélimar

Pour être appelé nougat de Montélimar, les restrictions à suivre sont strictes – la première étant d’être effectivement produit à Montélimar! Il faut aussi suivre la « formule magique » de ce nougat en adhérant aux ingrédients et proportions dictées :
- 30% d’amandes minimum (ou 28% d’amandes et 2% de pistaches)
- Miel composant 25% des matières sucrantes totales
- Blanc d’œuf, arôme de vanille et pain azyme s’ajoute à ce mélange

Sinon, quiconque vend un nougat en lui donnant l’étiquette de Nougat de Montélimar est coupable de fraude. C’est que cette région du Drôme Provençal prend l’authenticité de sa recette traditionnelle très au sérieux! Cela explique d’ailleurs la confiance que vouent les amateurs de nougats à cette indication contrôlée. À chaque bouchée, il y a dans le nougat de Montélimar une promesse de qualité.

Merveilles du Sud : les calissons d’Aix en Provence

Calissons

Le Sud de la France exerce un charme autant sur les touristes que sur les Français. On aime y retrouver la mer, le soleil, les potagers jardiniers, les marchés maraichers, les tempéraments chaleureux… Aix-en-Provence en particulier possède cette réputation resplendissante, alliant le meilleur de la culture française au rêve des villes méditerranéennes.

Or, pour nous, ce qui nous ramène toujours à Aix, l’eau à la bouche et le cœur battant, ce sont les calissons d’Aix-en-Provence, délicieuses friandises dont on ne peut se passer à l’étranger (c’est d’ailleurs une des raisons derrière nos box de bonbons!).

Découvrir le calisson d’AIX

Confectionné à partir d’une fine pâte de melon et d’amande et nappé de glace royale, le calisson est une de ces confiseries délicates sur la langue, dont la finesse vous fera fermer les yeux de bonheur. Car, avec ses arômes de fleur d’oranger, cette friandise parvient à inonder le palais de saveurs nuancées et raffinées, et ce, depuis le 15e siècle.

Le calisson d’Aix a une forme losange et évoque vaguement la légèreté d’une feuille d’arbre.

Indication contrôlée et rituels associés : l’auréole autour des calissons

Ce doux et délicat losange est aimé farouchement par des Français à tous les coins de l’Hexagone. Cependant, les compétiteurs semblent rares dans les autres départements. Pourquoi? Eh bien, tout simplement parce que le calisson d’Aix dispose d’une Indication d’Origine Contrôlée (IGP) qui en régit la production. Seuls les fabricants localisés à Aix-en-Provence ont donc l’autorisation de produire cette merveille locale (ils doivent également respecter le cahier des charges).

Or, non seulement le nom et l’origine sont protégée, le calisson dispose d’un autre luxe tout particulier : celui de la bénédiction. Chaque année, à l’Église Saint-Jean-de-Malte a lieu la bénédiction des calissons, pour le bon plaisir des touristes et des locaux d’Aix-en-Provence.

La petite histoire du berlingot nantais, de l’Italie à Nantes

Berlingots Nantais

Plusieurs de nos friandises préférées ont vu le jour dans la cour d’un roi (un Louis ou un autre; ils étaient nombreux!), il y a quelques siècles de cela. Or, l’histoire du berlingot de Nantes, surprise surprise, ne débute pas dans la ville dont il a pris son nom. Elle ne débute même pas en France! Non : l’histoire du berlingot nantais commence en Italie, entre le passage du 18e au 19e siècle.

De berlingozzo à berlingot nantais : une histoire de générosité sucrée sucrée!

Et les courtisans, rois et seigneurs n’ont que peu à voir à cette histoire. Les personnages principaux? Deux femmes, et pas grande richesse : une cantinière de l’armée française, Mme Couet, et une pauvre femme à qui Mme Couet aurait donné l’aumône. Pour remercier cette dernière de sa générosité, la pauvre Italienne partagea sa recette de bonbon. Ils font fureur au sein des troupes : la cantinière reçoit, à son retour en France, une médaille pour sa contribution au moral général! Plus tard, la recette est léguée au gendre de Mme Couet, qui vend les confiseries sous le porche de son immeuble. C’est à ce moment que le berlingot de Nantes devient une friandise préférée : la fille de Mme Couet et son gendre créent leur marque, « À la renommée », et les compétiteurs ne manquent pas, au grand bonheur de la ville! Et, si la marque « À la renommée » a disparu dans les années 1940, le berlingot nantais est loin de connaitre ses derniers jours!

Le berlingot moderne

On l’appelle « berlingot » à cause de sa forme tétraèdre, obtenue par un jeu d’angles d’inclinaison et de trois coups de couteaux expertement placés. Coloré et merveilleusement sucré, il se reconnait d’un coup d’œil – impossible de le confondre avec un autre bonbon! D’ailleurs, même si son procédé de sucre cuit aromatisé est proche de celui du caramel, il est très important lors du processus de fabrication que le berlingot nantais ne caramélise pas. Tant mieux! Pas qu’on n’aime pas les caramels – simplement qu’on adore la diversité de nos assortiments de bonbons!

Le trésor de la Lorraine : la bergamote de Nancy

Bonbon à la Bergamote

Petit carré plat à la couleur d’or translucide, c’est son parfum d’huile essentielle de bergamote qui « fait » ce bonbon et qui lui en donne le nom. Les confiseurs de Nancy et de la Lorraine produisent cette confiserie au goût légèrement acidulé depuis le 19e siècle, et c’est en 1909 que la confiserie acquiert ses lettres de noblesse – et la notoriété internationale qui va de pair – lors de l’Exposition Internationale de Nancy.

Et pourtant, la diffusion de ce bonbon n’a pas pris beaucoup d’ampleur depuis. Pas d’import ou d’export : on ne réussit à mettre la main sur ces bonbons iconiques qu’à Nancy ou en Lorraine… à moins, bien sûr, de se les faire envoyer par la poste, service disponible offert par certaines confiseries de Nancy, de même que par Bonbecs avec un abonnement bonbons!

Indication géographique protégée

La bergamote de Nancy est un produit extrêmement local : peut-être que l’indication géographique protégée à quelque chose à y voir. L’IGP contrôle non seulement le lieu de fabrication, mais les méthodes. Ainsi, le cahier de charges exige que les huiles essentielles utilisées viennent du Calabre, par exemple. Autrement, impossible de vendre un bonbon sous ce nom!

La boite iconique des bergamotes de Nancy

Les bergamotes de Nancy sont vendues dans de ravissantes boites de fer blanc qui tiennent les bonbons à l’abri de la lumière et de l’humidité et qui permettent de conserver les bonbons durant plusieurs mois. Les couvercles arborent une illustration soit de la place Stanislas, soit des grilles de Jean Lamour, deux lieux emblématiques de la ville de Nancy.

Autre avantage de ces boites de fer : elles sont facilement réutilisables. On peut y ranger des lettres, des jouets, des trésors… comme la boite de bergamotes que trouve Amélie Poulain derrière une plinthe de son logement, dans le film de Jean-Pierre Jeunet.

Mais, en attendant de vider la boite pour la remplir de nouveau, les bergamotes de Nancy sont des trésors en soi : les trésors dorés de la Lorraine.

Se sucrer le bec avec les marrons de l’Ardèche

Marron Glacé

Confire des marrons dans un sirop sucré, puis les glacer au sucre glace. La recette de ce bonbon est simple, mais qui en eut l’idée le premier? La question est plus importante qu’il n’y parait : après tout, on voudrait vraiment savoir qui remercier pour ce délice des dieux! Pour nous, rien ne marque le début de l’hiver aussi bien qu’un paquet de marrons glacés de l’Ardèche.

Les origines un peu confuse d’un produit simple (mais ô combien délicieux!)

Les origines du marron glacé sont disputées. Certains clament qu’il est né à la cour du roi Louis XIV; d’autres qu’il provient de Lyon; d’autres encore affirment ses origines italiennes. On ne sait pas qui croire mais, en ce qui concerne la variété spécifique de l’Ardèche, impossible de contester une origine tissée dans le nom même de la friandise!

Et cela fait du sens : la première usine française de marrons glacés a effectivement vu le jour en Ardèche, crée par Clément Faugier en 1882. Puisque l’Ardèche s’illustre autant sur la quantité que la qualité de ses châtaignes, on lui passe la couronne avec grâce, avec un retentissant : Merci!

Pas de gaspillage!

On vous entend déjà vous étonner : qui pourrait bien gaspiller des friandises aussi délicieuses que des marrons glacés? Pas nous chez Les Bonbecs, c’est clair! Mais il faut savoir que, avant d’être confits et glacés, les marrons se voient juger plus sévèrement que la plupart des candidats de La Voix. Les châtaignes sont d’abord triées par flottaison dans un bain d’eau, puis visuellement.

Le marron qui ne passait pas ces deux tests était, traditionnellement, rejeté. Quand une friandise si simple est préparée avec autant de précaution, on sait que c’est du sérieux!

Or, en 1885, Clément Faugier, devant les quantités de marrons brisés qui n’ont pu se rendre à la dernière étape, décide de les recycler, pour ainsi dire. Ainsi naquit la crème de marron de l’Ardèche! Miam! La leçon est claire : qui évite le gaspillage, devient un génie. Pigé!

Un bonbon classique et chéri, inventé pour les pharmacies : la petite histoire de la pastille de Vichy

Les Pastilles Vichy

Un médicament si bon qu’il devient une sucrerie? Quelle histoire!

Si vous êtes du genre à vous pincer le nez avant d’avaler vos médicaments, l’histoire des pastilles de Vichy vous surprendra sûrement un peu.

Et si c’est surprenant, ça n’empêche pas l’anecdote d’être tout à fait vrai!

C’est le chimiste français Jean-Pierre-Joseph d’Arcet qui inventa la pastille Vichy en 1825. Pensée en termes de médicament et vendue en pharmacie, la pastille de Vichy capitalisait ses vertus médicinales sur les bienfaits digestifs de l’eau thermale de Vichy, riche en bicarbonate de sodium. De brevet en brevet, la recette s’affine. Une forme octogonale est décidée, afin de pouvoir se démarquer des autres pastilles alcalines aidant la digestion.

Il y en a eu, des changements, dans l’histoire de ce bonbon. Deux choses demeurent : la présence de sels minéraux (quoique le pourcentage est faible, ces sels aident toujours la digestion)… et l’engouement pour ces bonbons, seules pastilles produites à Vichy. Bons pour l’haleine et pour la digestion, ces pastilles aux goûts de menthe semblent demeurer un succès intemporel pour les Français. Un box bonbon comme digestif? Qui dirait non à ça?

La pastille Vichy au goût du jour

La pastille de Vichy est facile à reconnaitre, avec son contour angulaire et son teint blanc épuré. Depuis que sa production est devenue mécanique en 1954, chaque pastille est identique tant dans la forme (octogonale) que dans le poids (2,5 gramme par pastille).

Et pourtant, il existe désormais quelques variations – dans les goûts. Sur les étagères des boutiques, trois saveurs divisent les pastilles de Vichy et multiplient les plaisirs gustatifs de ceux qui les achètent : menthe, anis et citron. Il y a même une version des pastilles de Vichy où le sorbitol et l’aspartame remplacent le sucre! Parfait pour éviter les caries, et parfait pour ceux dont la santé exige l’abolition de friandises sucrées. Autres temps, autres mœurs, comme on dit.

Les Cachous

Les cachou

Le bonbon qui se passe de présentation

Les anglophones entendront « cachou » et penseront aux noix de cajous (cashew, pour eux). Mais en France, ces petits bonbons noirs au goût de réglisse est si bien connu qu’il devient difficile de s’y méprendre! On se rappelle des pubs de l’époque aussi clairement qu’on se rappelle en avoir mangé, encore petits, après avoir secoué la boite métallique pour entendre les bonbons servir de maracas!

À moins d’avoir une vendetta contre la saveur si particulière (et si particulièrement bonne!) de la réglisse, il est difficile de ne pas se rappeler avec un sourire de ce bonbon que certains ont laissé dans l’enfance.

Si c’est votre cas – si vous avez cessé d’en manger en grandissant – pourquoi ne pas vous offrir de nouveau ce plaisir? Les cachous complémentent si bien nos box à bonbons! Et ils sont, comme ils l’ont toujours été, un remède efficace à la mauvaise haleine. Nous vous conseillons donc de choisir cette excuse pour toujours en avoir avec vous!

Un passé dans la ligue des médecins

En 1987, le groupe Fabulous Trobadors vantait les nombreuses vertus du cachou lajaunie dans sa chanson du même nom. Bon pour le nez, la gorge, les bronches, l’haleine, cette pastille de réglisse noir 100% naturelle semble avoir toutes les qualités! Pour un bonbon, c’est pas mal, non? Comme on aime vraiment ce bonbon au goût de réglisse, on a vraiment envie d’y croire!
En regardant dans les annales historiques de cette friandise, on voit bien qu’elle est née en tant que cachou officinal. Quoi qu’on n’ait pas besoin de chercher si loin – un simple regard à la sobre boite de fer jaune dans laquelle Cachou Lajaunie vend ses bonbons et on l’imagine du premier coup avoir sa place légitime entre les cachets d’aspirine et les sirops pour la toux.

Allez-vous guérir de votre longue grippe avec une de nos box de bonbons?

Peut-être pas… ça vaut toujours la peine d’essayer, toutefois!

Si la délicatesse de la soie avait un goût, ce serait le cocon de Lyon!

Le cocon de Lyon

Si ailleurs, on hésiterait à vouloir manger des « cocons », qui évoquent un insecte en pleine transformation, à Lyon, l’idée met l’eau à la bouche! C’est que les Lyonnais savent que, chez eux, un cocon de Lyon est une merveille de confiserie, à la fois délicate, sucrée et complexe dans ses arômes. Les Bonbecs, on raffole de ces cocons où se mêlent pâte d’amande et garniture pralinée.

« What’s in a name », demandait Shakespeare

Ce que nous appelons rose, par n’importe quel nom sentirait aussi bon, lançait Juliette à son Roméo dans la pièce de Shakespeare. Et les cocons de Lyon seraient décidément aussi bon si on leur enlevait leur nom de cocon! Mais pourquoi leur a-t-on donné ce drôle de nom, au fait?

La forme de cette friandise rappelle un cocon, certes. Et cela est tout à fait l’effet désiré : le cocon de Lyon est un hommage aux canuts, les ouvriers de la soie, qui ont fait du 17e au 19e siècle de Lyon la capitale de la soie. Comme les soieries de la région ont participé à la renommée de Lyon, Édouart Herriot, maire de la ville, demanda en 1954 qu’une friandise délicate et délicieuse soit créée afin de célébrer cet héritage.

La création d’un des plus gourmands plaisirs de Lyon!

C’est le confiseur Jean Auberger qui fut mis en charge du projet. Celui-ci imagina un bonbon dont la forme en fourreau semble tissée par des vers à soie. Ses cocons sont rapidement devenus une gourmandise préférée dans la région et, comme la recette est tenue très secrète, tout Lyonnais s’aventurant trop loin de chez lui se morfond à ne pouvoir ni les retrouver ni les recréer.
Cela n’a rien d’une exagération! Si vous avez déjà goûté à ces merveilleux bonbons, vous comprendriez!

Et pour ceux qui comprennent ce manque mais qui préfèrent ne pas y penser, réjouissez-vous! Nos abonnements bonbons livrent chez vous entre 400 et 500 grammes de confiseries françaises et étrangères tous les mois, peu importe où vous vous trouvez!